L’enseignement de la Licorne

0 Comments

Tapisserie

Retrouvez les tapisseries musée de Cluny Paris

Les confidences du Cygne

Oscar, le cygne mascotte du Cygne d’O Éditions, a fait un rêve dans la nuit du 27 au 28 février, à la pleine lune.

Il s’est vu marcher sur un immense tapis de crocus, signe évident que les énergies du printemps sont à l’œuvre au sein de la Terre mère.

 

Quelques jours plus tôt lui avait été envoyée la vision d’une licorne, l’emblème mythique qui nous vient du Tibet.

« Quel message adresse-t-elle aux humains ? » se demanda-t-il.

Il reçut la réponse sous la forme des tapisseries que l’on peut admirer au musée de Cluny à Paris.

Elle nous présente la Dame à la Licorne sous l’aspect symbolique des cinq sens : le goût, l’ouïe, l’odorat, le toucher et la vue, révélés dans un cadre délicieux, semblable au jardin d’Eden.

La Dame, richement vêtue, règne sur ce paradis avec grâce, encadrée de la Licorne et du Lion, les deux énergies-clés de l’Ere du Verseau qui, depuis quelque temps, se manifestent dans nos civilisations par des turbulences de plus en plus visibles.

L’un des nouveaux paradigmes de l’axe Verseau-Lion nous est révélé en contemplant la sixième tapisserie qui est aussi la plus somptueuse.

On y voit la Dame se dépouiller de ses bijoux. Elle les dépose dans le coffret que lui tend sa servante. Son visage est serein, et l’on devine son lâcher prise qui aboutit au renoncement volontaire à toutes les marques extérieures du désir et de la richesse.

Cette tapisserie est-elle une préfiguration des sacrifices que requiert l’entrée dans la nouvelle ère ?

Avec la fameuse pandémie qui sévit depuis un an, l’humanité privée de liberté et d’une vision claire de son avenir, va-t-elle commencer à réduire ses besoins à l’essentiel, après avoir eu l’opportunité de gaspiller les ressources de la planète ?

Devrons-nous désormais restreindre nos désirs et accepter de vivre plus conformément avec une justesse de comportements plus modérés et plus solidaires ?

C’est à chacun de se regarder dans le miroir que nous tend la Dame à la Licorne, notre Conscience ?

Cette série de tapisseries a été découverte par l’écrivaine George Sand au château de Boussac dans la Creuse. Elle ornait les murs du château, mais elles étaient en mauvais état. Pour les restaurer, elle en parla à Prosper Mérimée qui fit le nécessaire et les racheta à leur propriétaire.

#LecygnedoÉditions #lesconfidencesducygne #ladamealalicorne #tradition #georgesand #prospermerimee #chateaudeboussac#legendes #museecluny

#loffrandeagaia (dans cet ouvrage, Ode parle de la légende de la Licorne à raconter aux enfants)

Categories: