La mémoire des sens

0 Comments

Les confidences du Cygne

Parmi les symptômes déclarés de la COVID se trouve la perte des sens de l’odorat et du goût pendant plusieurs semaines.

Au-delà de la gêne occasionnée, quelle est la symbolique ?

 

Outre que les plats avalés deviennent insipides, c’est l’accès à la mémoire personnelle qui se trouve en danger.

Dans son excellent livre, Anne Muxel opère un parallèle entre notre monde oublié et le périple du saumon qui nage d’un point à l’autre en se fiant à sa mémoire dans le but de revenir un jour sur le lieu de ses origines.

Il ne peut, il ne doit rien négliger tout au long de son premier parcours. Chaque détail sera important à repérer : – odeurs rencontrées, jeux de lumière – courants plus ou moins chauds – obstacles qui mettraient sa vie en danger.

Dès notre conception, notre monde se bâtit à partir de la perception des senteurs. Tout d’abord, les odeurs reliant le fœtus à sa mère, comme le placenta. Puis viendront s’y ajouter celles de sa peau, de son lait, de sa salive, de son parfum, de ses larmes aussi. Toutes ces nuances deviendront autant de repères olfactifs au nouveau-né l’aidant à apprivoiser le milieu terrestre qu’il découvre après neuf mois passés dans son paradis aquatique.

Ensuite un festival de nouvelles fragrances viendra enrichir cette première palette qui constitue son univers familial.

D’aucuns se remémorent l’odeur de la pipe du père, son eau de toilette ou l’arôme de son café matinal. D’autres gardent en mémoire l’encaustique passée sur les sols ou les senteurs d’un feu de cheminée qui accompagnent les fins de semaine. Quant aux effluves des bouquets de fleurs cueillis au cœur de l’été, elles demeurent présentes, parce qu’elles imprégnaient les pièces à vivre…

Et bien que souvent enfouie, cette superposition d’informations reste porteuse d’émotions qui rejaillissent à l’instar d’un geyser, au moment où l’on s’y attend le moins.

Pour ma part, aucune odeur de forêt n’égale celle des sapins provenant de ma région natale. Elle évoque mes jeux de petite sauvageonne, les cachettes fabriquées dans les arbres, ma liberté et mon insouciance sans oublier les promenades en compagnie de ma mère et de notre chien.

Ah les terres de notre enfance qui donnent la tonalité à nos humeurs d’adultes !

#LecygnedoÉditions #lesconfidencesducygne #lamemoiredessens #psychogenealogie #enfance #odorat #goût

Categories: